Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Météo du Jour

Météo Paris © meteocity.com
Météo Menton © meteocity.com
Météo Angoulins © meteocity.com
Météo Cayenne © meteocity.com
Météo Seyssel © meteocity.com

Archives

Publié par Chorale Traversière

Dans l'un des plus anciens cloîtres de Paris, profitez du soleil (s'il y en a !), observez les étoiles, cherchez l'amour ou... fuyez-le et célébrez l'été avec Le Concentus vocal !

Programme
Madrigaux, maître et élève

Claudio Monteverdi vs Alfred Koerppen


Samedi 5 juillet à 20h00
Dimanche 6 juillet à 17h00



Cloître de l'Eglise des Billettes
24 rue des Archives - Paris 4ème - M°: Hôtel-de-Ville
.
Pour en savoir plus...
Le madrigal, genre musical italien par excellence à l’âge d’or de la Renaissance, est éminemment littéraire. Pétrarque, Le Tasse, Guarini, les maîtres de la poésie italienne, sont les auteurs des textes choisis par Claudio Monteverdi (1567-1643) pour mettre en œuvre cette musique moderne, raffinée et complexe.
Les tenants de l’école franco-flamande le lui reprochent d’ailleurs : qu’est-ce que cette musique où l’ "on entend une diversité de sons, un mélange de voix, une rumeur d’harmonies insupportables aux sens… ?" Ce "tourbillon d’expressions", Monteverdi en fait son langage, novateur et choquant pour l’oreille musicale de son temps, afin de peindre les passions, "movere gli affetti", et toucher du doigt la profondeur de l’âme humaine. Fi des proportions idéales héritées de la symbolique des nombres, le compositeur veut une musique qui fait vivre les mots, les mouvements du cœur ! Il suffit pour s’en convaincre d’entendre le virtuose Io mi son giovinetta où les voix imitent le rire léger d’une jeune fille et sa fuite devant l’amour ou  Si ch’io vorrei morire, dont les effets renforcent la sensualité exacerbée.

Amateur de littérature, Alfred Koerppen (né en 1926, en Allemagne) a mis en musique des poètes magnifiques : de Li Tai Po (auteur chinois du 8ème siècle) aux Romantiques allemands, de François Villon à nos contemporains, son amour des mots l’a mené maintes fois à explorer les espaces sonores du poème.
Il renoue ici avec la tradition du madrigal sur des poèmes de l’italien Giuseppe Ungaretti (1888-1970) : Quiete (Paix), Rosso e azzurro (Rouge et azur) et Sereno (Sérénité). Les textes, courts, évoquent la lumière et la nature en mouvement, des levers de soleil ou d’étoiles, un champ labouré, des raisins prêts à être goûtés... Ils se prêtent avec délices au madrigalisme, cette expression musicale qui imite le sens des mots.

Commenter cet article